Quelques répères historiques

De l’image fixée à l’image animée

Définition et références scientifiques

« Le principe du cinéma d’animation a existé avant le cinéma. Tous les films tournés en pellicule ne sont qu’une succession d’images fixes donnant l’illusion du mouvement. Cette illusion est créée par notre œil en regardant successivement un ensemble d’images très peu différentes de leurs contenus. L’œil garde en mémoire l’image précédente sur laquelle il superpose l’image suivante et créé ainsi l’impression de mouvement : le phénomène de la persistance rétinienne.

La particularité du cinéma d’animation repose sur la technique de réalisation qu’est « l’image par image ». Le réalisateur prend une photo d’une image, puis modifie légèrement son contenu pour prendre une nouvelle photo de cette nouvelle image et ainsi de suite. Pour faire une seconde de film, il faut 24 images afin d’assurer la fluidité du mouvement. Mais il n’est pas rare qu’en cinéma d’animation, les réalisateurs ne fassent que 12 images par seconde de film ... » [1]

Malgré tout, certaines auteurs remettent en cause le rôle de la persistance rétinienne au profit d’une autre théorie basée sur des travaux en neurosciences : l’effet Phi. Pour aller plus, il est possible de lire cet article synthétique qui explique l’opposition des deux concepts : voir le site

Capsule vidéo "Qui a inventé le cinéma ? - 1 jour, 1 question"

Les dispositifs pré-optiques

 1826 : Le Thaumatrope est un jouet optique qui exploite le phénomène de l’effet Phi. L’effet phi est la sensation visuelle de mouvement provoquée par l’apparition d’images perçues successives. Le cerveau comble l’absence de transition avec celle qui lui semble la plus vraisemblable. C’est donc le résultat du traitement effectué par le système visuel.

 1834 : Le zootrope (anglais : zoetrope) est un jouet optique inventé simultanément par William George Horner et Simon Stampfer (en). Se fondant sur la persistance rétinienne et l’effet phi, le zootrope permet de donner l’illusion de mouvement d’un personnage dessiné.

 1868 : Le Folioscope (anglais : flipbook) est un petit livret de dessins ou de photographies qui représentent une scène en mouvement (par exemple, un personnage ou un animal). Feuilleté rapidement, un folioscope procure à l’œil l’illusion que le sujet représenté est en mouvement, illusion optique provoquée par la persistance rétinienne et l’effet phi.

 1876 : Le praxinoscope fut inventé au Puy-en-Velay par Émile Reynaud. Breveté en 1877, il s’agissait d’un jouet optique donnant l’illusion du mouvement et fonctionnant sur le principe de la compensation optique.

Des ateliers de fabrication de jeux pré-optiques

Ressources pour fabriquer des disposifs pré-optiques
ThaumatropeZootropeFolioscopePraxinoscope
Voir sur le site Ciclic Voir sur le site Ciclic Voir sur le site Ciclic Voir sur le site Ciclic

Notes

[1Définition citée dans le dossier pédagogique du film Le jardinier qui voulait être roi et extraite d’un document élaboré par l’A.F.F.E (Association du Festival du Film pour l’enfance).

Partager